Astérix & Obélix: Les lauriers de César, tome 18

Titre: Les lauriers de César

Auteur: René Goscinny & Albert Uderzo

Quatrième de couverture: Rabattre une fois pour toutes le caquet de son beau-frère Homéopatix : voilà ce dont rêve depuis longtemps Abraracourcix. Au cours d’une soirée bien arrosée chez ce lutécien arrogant, le chef gaulois promet de servir à son ennemi intime un ragoût parfumé avec la couronne des lauriers de César. Et bien sûr, ce sont Astérix et Obélix qui pâtissent des caprices de leur chef ! Les voilà donc à Rome pour tenter de mener à bien cette mission impossible : ramener au Village les lauriers de César !

Suite:

-Le devin, tome 19

-Astérix en Corse, tome 20

-Le cadeau de César, tome 21

-La grande traversée, tome 22

-Obélix et compagnie, tome 23

-Astérix chez les Belges, tome 24

-Le grand fossé, tome 25

-L’odyssée d’Astérix, tome 26

-Le fils d’Astérix, tome 27

-Astérix chez Rahazade, tome 28

-La rose et le glaive, tome 29

-La galère d’Obélix, tome 30

-Astérix et Latraviata, tome 31

-La rentrée gauloise, tome 32

-Le ciel lui tombe sur la tête, tome 33

-L’anniversaire d’Astérix et Obélix – Le livre d’or, tome 34

-Astérix chez les Pictes, tome 35

-Le papyrus de César, tome 36

Mon avis: 

Un album divertissant mais qui n’est pas indispensable… L’histoire tourne autour d’une dispute autour d’Abraracourcix et de son beau-frère qui vit à Lutèce et qui est très riche. Pour prouver sa supériorité, le chef du village gaulois lui promet un ragoût épicé de laurier de la couronne de César. Pour cette mission il envoie ses meilleurs guerriers qui sont Astérix et Obélix. Ces derniers, arrivés à Rome essayent de trouver un stratagème pour s’infiltrer dans le palais de César, ceci en se faisant acheter comme esclaves. Malheureusement pour eux, ils sont achetés par l’intendant de César mais pour son service personnel, ils sont donc coincés. C’est en suscitant la jalousie d’un autre esclave de la maison qu’ils arrivent à se mettre dans un pétrin qui les amène en justice. C’est un album plein d’humour, mais les auteurs ont écrits bien mieux. Ils ont du mal à faire enchaîner les blagues sur la fin de l’histoire ce qui est dommage. De plus, on ne voit pas César sauf dans la dernière page, le personnage aurait été présent des situations rocambolesques auraient pu être créées. On rencontre la famille de Bonemine, la femme du chef du village, mais elle n’est pas approfondie, on ne connaît pas grand chose sur elle, alors que le frère de Bonemine à l’air d’être quelqu’un de très grande gueule. Ca serait agréable d’en savoir plus sur eux aussi. Ce qui ressort à la fin de cette lecture c’est que les auteurs ont eu du mal à écrire peut-être par manque d’inspiration, mais heureusement il y a quand même l’humour qu’on aime dans cette saga.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s