La Catalogne et le problème espagnol

La Catalogne aspire à la liberté et donc à  l’indépendance. Elle est confrontée à un Etat espagnol qui bafoue la démocratie et le droit des peuples.  Depuis le début du mois d’octobre, de nombreux articles ont fleuri pour mettre en garde contre l’indépendance de cette région. Mais pourquoi cette attitude ?

Pour pouvoir comprendre, il faut se pencher sur les particularités de la Catalogne. Ce territoire fait partie de la monarchie constitutionnelle d’Espagne, un état donc qui se dit démocratique. C’est une ou sinon la partie la plus riche du pays. Elle détient son propre parlement qui s’occupe de l’éducation, de la santé, de la culture, des transports, de la justice et détient sa police, « els Mossos d’Esquadra ». Si vous êtes déjà partis en Catalogne vous vous êtes rendu compte qu’on n’y parlait pas forcément l’espagnol (le castillan). La langue qui est aussi officielle est le catalan, cette langue permet de rassembler la Catalogne et d’autres territoires dans une nation sans Etat, le Pays Catalan. Cette nation se retrouve être la Catalogne sud (espagnole), la Catalogne nord (française), le pays valencien, les îles Baléares, la principauté d’Andorre, la Frange d’Aragon, « el Carche » dans la région de Murcie et la ville d’Alghero en Sardaigne.

http://geniberica.free.fr/espagne_geniberica_langues.htm

De plus, la Catalogne a été autonome en 1932, et elle s’est battue sans relâche contre Franco lors de la guerre civile. En 1939, Franco interdit tous les symboles culturels et identitaires ainsi que la langue catalane. D’ailleurs une des chansons qui combattait cette dictature est en catalan, c’est l’Estaca de Lluis Llach. En 1978, lors de la transition démocratique organisée avec le roi Juan Carlos, la Catalogne devient une région autonome (pas le même régime qu’en 1932). En 2006, un vote au parlement catalan et espagnol, la définit comme une nation dans l’Etat espagnol. Un vote qui est annulé par la cour constitutionnelle en 2010. Ce qui a donné des manifestations à Barcelone et un sentiment d’humiliation. De plus, d’autres votes du parlement catalan ont été annulés par la justice espagnole alors qu’ils étaient progressistes et ne mettaient pas en péril l’unité espagnole, comme une transition énergétique écologique où l’arrêt de la corrida.

De cette manière l’indépendantisme catalan a connu une nouvelle popularité qui ne peut plus se démentir jusqu’à aujourd’hui. Mais c’est réellement avec la crise économique de 2008, et qui dure depuis, que les rangs de l’indépendantisme ont augmenté. En effet, de par les richesses de la Catalogne, elle est celle qui donne le plus d’impôts à Madrid. C’est avec cette question fiscale que les détracteurs de l’indépendantisme critiquent les catalans. En effet, beaucoup parlent « d’égoïsme économique » (#Macron), car les Catalans en ont assez de payer pour le reste de l’Espagne. C’est là où le bât blesse pour ceux qui utilisent cette expression car cela signifie que l’on occulte une partie du contexte politique espagnol.

En 2011, la population s’est mobilisée fortement et cela a donné le mouvement des Indignés. Les principales revendications étaient d’endiguer le chômage dû à la crise économique et un renouvellement de la vie politique. Le résultat a été un nouveau parti politique de gauche, Podemos. Ainsi, lors des élections suivantes plusieurs membres sont rentrés aux Cortés (parlement national) et lors des municipales de grandes villes sont tombées dans les mains de Podemos dont Barcelone et Valence. C’est quelque chose de significatif surtout quand on sait que certaines communes étaient avant aux mains de la droite, le Partido Popular.

Il y a eu un ras-le-bol généralisé contre ce parti qui est un des plus corrompus d’Europe, avec plusieurs condamnations contre ses membres pour détournements de fonds publics et organisations de meurtres. De plus, le Partido Popular est un parti créé par des franquistes, c’est d’ailleurs pour cela qu’il n’y a pas de parti d’extrême droite en Espagne, elle est représentée par le PP. Malheureusement aujourd’hui c’est toujours ce parti qui est à la tête du gouvernement. C’est pour cela que la Catalogne s’est mise sur le chemin de l’indépendantisme, un ras-le-bol contre un Etat et une monarchie qui ne veulent pas le bien de ses habitants, qui ne veulent pas dialoguer, et qui détiennent des scandales financiers.

Les français ont réellement entendu parler du désir d’indépendance des Catalans avec le référendum organisé « illégalement » par le gouvernement catalan le 1er octobre. Le gouvernement espagnol relayé par les médias dit que ce référendum est un coup d’Etat des indépendantistes sans légitimité, du fait que seuls les Catalans votent. Encore une fois c’est nier la réalité, celle du terrain et celle du droit international.

En 2015 a lieu les élections régionales pour le Parlement de Catalogne. Plusieurs listes s’affrontent dont deux indépendantistes, Junts pel Si (centre droit ou bourgeois) et la CUP (extrême gauche ou prolétaires). Junts pel Si arrive gagnant mais n’obtient pas la majorité des sièges au Parlement, et est obligé de s’allier avec la CUP. Pour certains c’est une trahison, mais le désir de mettre enfin un point final au débat sur l’indépendance est plus fort. Une des promesses de cette majorité était un référendum d’autodétermination.

Alors non, le gouvernement espagnol ne peut pas parler de coup d’Etat catalan,  c’était une promesse de campagne de la majorité du Parlement. Ensuite, il ne doit y avoir que les Catalans qui doivent s’exprimer sur leur futur ! C’est ce que signifie autodétermination. Vous ne pouvez pas demander à un pays entier de voter pour le futur d’une seule partie qui est un peuple. Mais c’est sûr que cela arrangerait le gouvernement espagnol, ainsi la Catalogne ne serait pas indépendante.

Résultat de recherche d'images pour "catalogne indépendance"

Le 1er octobre a été la journée où l’Europe a pu se rendre compte d’un déni démocratique violent, où la force a été le maître mot de l’Espagne. Ceci alors que depuis que l’indépendantisme est sur le devant de la scène il a toujours été pacifique et civilisé. Cette démonstration de violence a fait revenir de mauvais souvenirs de la dictature, beaucoup d’indécis sont passés du côté indépendantiste. Un fossé s’est creusé entre les Catalans et le gouvernement espagnol avec impossibilité de rabibochage. Vous me direz, que tous les Catalans ne sont pas indépendantistes et que beaucoup se sentent espagnols, il y a même eu des manifestations. Avez-vous bien observé ? La plupart des drapeaux étaient des drapeaux franquistes… Sur les vidéos beaucoup de saluts nazis, d’insultes et de menaces de mort. De plus, les manifestants sont venus en bus de toute l’Espagne, pas tous certainement mais une très grande majorité en tout cas. En effet, déjà le 1er octobre lors du vote, une manifestation d’unionistes avait eu lieu, ils n’étaient pas nombreux (pas autant que des manifestations indépendantistes) et ils étaient fascistes (nommons un chien un chien). A la fin de ces manifestations, des lynchages contre des indépendantistes, républicains et des dégradations. Encore une fois des violences qui ne viennent pas des indépendantistes.

Résultat de recherche d'images pour "catalogne indépendance violence"

Alors que le gouvernement espagnol n’est pas inquiété par l’Europe pour les violences policières et déni de démocratie, il ne se rend pas compte qu’il a déjà perdu cette guerre. Les images sont au profit des indépendantistes. De plus ils ne veulent pas négocier et discuter ! Ainsi pour Mariano Rajoy et le roi Felipe VI il ne s’est rien passé ! Le 10 octobre Carles Puigdemont, Président de la Catalogne, proclame l’indépendance, elle est même signée par les députés, mais ses effets sont suspendus pour dialoguer avec le gouvernement espagnol. Ce qui signifie que les menaces de la suspension de l’autonomie de la région que fait miroiter Mariano Rajoy ne sont que du vent. C’est bien joué de la part de Carles Puigdemont qui montre ainsi le refus de dialogue de la part de Rajoy.

Pourquoi devons-nous, population vivant en dehors de l’Espagne, nous inquiéter de cette situation. Tout simplement car,  à part les pays scandinaves et la Suisse personne ne prend position contre l’Espagne. Clairement ce n’est pas une démocratie, c’est un Etat policier, qui préfère mettre les intérêts de la bourgeoisie espagnole au-dessus de la revendication démocratique et universelle du  droit des peuples. Pour ceux qui vivent en France cela est encore plus inquiétant, car Macron n’a qu’un seul représentant c’est Rajoy. Mais ceux qui ont manifesté ces dernières années s’en sont rendus compte, la police fait très bien le travail pour frapper les gens.

Etre aux côtés des Catalans c’est mettre au plus haut le droit à la démocratie. Ce n’est pas lutter contre des gens, mais contre une politique impérialiste et autoritaire. C’est signifier le refus de se voir dicter notre vie et notre conduite par les puissants qui ont de l’argent.

De cette manière, nous devons aujourd’hui dire non à l’emprisonnement de Jordi Sanchez et Jordi Cuixart. Ce sont les Présidents de l’Assemblada Nacionala Catalana et d’Omnium Cultural, les deux plus importantes associations indépendantistes catalanes. Ils ont organisés plusieurs manifestations sans incidents et violences, pour l’indépendance de la Catalogne.

Ils ont été inculpés pour sédition, pour avoir encouragé des centaines de manifestants le 20 septembre, à empêcher la sortie de policiers qui étaient en train de perquisitionner des bureaux du Gouvernement catalan à Barcelone  pour empêcher la tenue du référendum. Cela signifie que bientôt le droit de réunion et de manifestation sera à défendre.

Résultat de recherche d'images pour "llibertat jordis"

#llibertatjordis #holarepublica #independencia #libertattàcatalunhaearan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s